Accueil

Mèl

Plan

Article
Rejoindre le forum
Forum
Rejoindre le chat
Chat

PA
Nos liens favoris
Liens

Compte

Télécharger
   Créer un compte Utilisateur  
Vous devriez personnaliser votre logo! Bonjour. Vous êtes connecté en tant que Anonyme
Actuellement sur le site 6 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.


  Amicale @MI



  Evènements

Octobre 2014
LMMJVSD
  1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31   

X Jour avec événement
X Aujourd'hui


  Pointeuse

Compteur Journalier
Compteur total
Heure locale
IP: 54.227.89.236


  Poste de police

 Bienvenu, anonyme

Pas d`avatar


Vous identifier
Perdu
Inscription

Membre(s):
Aujourd'hui : 0
Hier : 0
Total : 1968

Actuellement :
Visiteur(s) : 6
Membre(s) : 0
Total :6

Administration


  Forums Infos


  Activité du Site

Pages vues depuis 22/08/2005 : 14 126 628
  • Nb. de Membres : 1 968
  • Nb. d'Articles : 82
  • Nb. de Forums : 0
  • Nb. de Sujets : 1
  • Nb. de Critiques : 17

Top 20  Statistiques


  StatVisites

Pics d'audience
Aujourd'hui :
connecté(s) à 00:14
Ce mois ci :
connecté(s) le 1 à 21:31
Cette année :
connecté(s) le 24/1 à 10:49
Absolu : connecté(s)
le 25/7/2010 à 16:36


Les chars Shermans M4A2 du 5ème Régiment de Chasseurs d'Afrique.

(33649 mots dans ce texte )  -   lu : 7349 Fois     Page Spéciale pour impression

       
  LES CHARS SHERMAN M4A2 Auteurs:
Bernard DESCALES
Patrice LEGRAND
Ludovic
SERVERA
 
 
HISTOIRE DU 5éme REGIMENT DE CHASSEURS D'AFRIQUE    
       
 
TEMOIGNAGES :

 DEUX VETERANS NOUS PARLENT DE LA PREMIERE DIVISION BLINDEE
-
TWO VETERANS SPEAK OF THE FIRST FRENCH ARMOURED DIVISION
  
 >>>  "Les Américains, les Américains arrivent, ils sont sur le pont du Jarret. Les voici, ils ont des chars. Mais, mais … ce sont des Français, des Français, c’est l’armée d’Afrique, vive la France ... "
Marseille, avenue de la Blancarde le 23 Août 1944, 7 heure du matin.



"The Americans, The Americans are arriving, they’re on the Jarret bridge. Here they are, with tanks. But, but they are French, French, this is the African army, vive la France ..."

Marseille, avenue de la Blancarde the 23rd of August 1944, 7 am.



Connaissez vous le Général Leclerc ? Oui bien sur, allez vous me répondre. C'est le patron de la 2°DB qui a libérée Paris et Strasbourg. Je vous pose maintenant la même question pour le Général Touzet du Viguier ? Comme je vous devine en difficulté, je vous donne la réponse: c'était le commandant de la première division blindée qui, avec la 5°DB, constituait les divisions de chars de la première armée française, l'armée "De Lattre" Rhin et Danube.



Do you know General Leclerc ? Yes of Course, he was the commander of the 2nd DB who liberated Paris and Strasbourg. Another question: do you know General Touzet du Viguier ? As I’m guessing you are in trouble, I give you the answer It was the commander of the 1st DB, which with the 5th DB was one the armoured division of the French first Army : l'armée "De Lattre" Rhin et Danube.



La 1°DB débarqua en Provence sur les plages de Saint-Tropez dès le 15 août 1944, et sous un soleil de plomb, participa à la guerre éclair qui conduisit à la libération de Marseille et de Toulon. Ce fut ensuite la remontée vers le nord de la France par les bordures de la vallée du Rhône à la poursuite de la 19° armée allemande en retraite, poursuite ponctuée par les embuscades tendues par des éléments retardateurs, notamment en Bourgogne autour de Beaune.

Après la Bourgogne, ce fut Belfort, les Vosges et la libération de l'Alsace. La guerre changea dès lors de visage, les allemands s'accrochaient à un terrain qu'ils considéraient comme leur et contre-attaquaient. Les équipages qui avaient transpiré sous le soleil provençal d'Août, connurent la neige et les rigueurs d'un terrible hiver où des stalactites se formaient dans les chars. Puis ce fut l'apothéose du printemps 1945, la traversée du Rhin, la ligne Siegfried enfoncée, et la percée en Allemagne vers Ulm, le Danube, la Bavière et l'Autriche.



The 1st DB landed in Provence on the Saint-Tropez beaches from the 15th of August 1944 and took part to the blitzkrieg that resulted in the fast liberation of Marseille and Toulon. The next step was the pursuit of the retreating 19th German army, with the Burgundy ambushes around Beaune.

After Burgundy, it was Belfort, the Vosges, the Alsace liberation. The war became different, the German strongly defended a land they considered as being theirs and counter attacked. After having sweat under the sun of Provence, it was the crews faced the chilly 1945 winter where stalactites formed inside the tanks. Then the final apotheosis during the spring :

Rhine crossing, Siegfried line and the breakthrough towards the core of Germany Ulm, Danube river, Bavaria and Austria.>>>

>>> L'histoire glorieuse de la 1° armée française et des hommes qui l'a composée, a malheureusement été oubliée avant même d'être connu des Français. Aussi, je voudrais modestement vous parler de deux livres formidables écrits par deux anciens de la 1°DB Guy Bretones et Alain de Boisboissel: le Pont Rail de Lutterbach et Chars Souvenirs.


The gallant history of the 1st French army and the men who were part of it has been forgotten before being known. Hence, I would like to say few words about two books written by two veterans of the 1st DB : Guy Bretones and Alain de Boisboissel: le Pont Rail de Lutterbach and Chars Souvenirs.


 

J'ai eu l'honneur de parler avec les auteurs. En raccrochant mon téléphone, j'ai profondément ressenti que Guy Bretones et Alain de Boisboissel étaient deux hommes si différents mais au destin militaire si parallèle. Pour tous les deux, l'aventure commença en 1943 alors qu'ils étaient encore des adolescents quelque part en Algérie. Ils s'engagèrent dans l'arme blindée comme militaire du rang, Tous les deux ont connu la chéchia rouge à trois bandes noires des chasseurs d'Afrique. Guy Bretones fut affecté au 2°RCA puis au 2°Cuir. Il fut entraîné comme pilote, il devint tireur.

Alain de Boisboissel au 5° RCA, fut entraîné initialement comme tireur et devint pilote juste avant le débarquement. Ils furent des combattants de première ligne avec leurs chars respectifs et eurent le même ressenti, connurent des batailles semblables, partagent le même respect et admiration pour leurs officiers. Tous les deux eurent la "baraka" qui leurs permit de survivre à la guerre et de ne pas être grièvement blessé, même s'ils subirent de nombreux coups durs.



I had the great honour to chat with the authors. Hanging up my phone, I deeply felt that Guy Bretones and Alain de Boisboissel were very different men, but their military lifes were more than similar. Their adventures started in 1943 as they were teenagers somewhere in Algeria. They both chose the armoured division as soldiers. Both of them wore the red Hat of Chasseur d’Afrique. Guy Bretones joined the 2nd RCA, then the 2nd Cuirassier. He was initially trained as tank driver and became gunner.

Alain de Boisboissel joined the 5
Th RCA, initially trained as gunner he became tank driver just before the invasion. They were front line fighters within their tanks and had the same feeling, participated to similar battles, shared the same deep respect for their officers. Both of them have the “Baraka” (luck) that allows them to survive the war without any significant wounding even if they had to face critical situation.



Après la guerre, ils sont redevenus civils : Guy Bretones devint professeur de dessin industriel, Alain de Boisboissel, pilote de ligne puis patron de compagnie aérienne.



After the war, they didn’t stay in the army, Guy Bretones became industrial drawing teacher, Alain de Boisboissel became aircraft pilot then aircraft company general manager. >>>

>>> Cinquante ans après le débarquement de Provence, ils ont ressenti tous les deux le besoin de mettre par écrit leurs souvenirs et leurs journaux de guerre afin que la mémoire de leurs combats et les noms de leurs frères d'armes morts au combat soient transmis.


Fifty years after the Provence invasion, they both deeply felt the need to write down their souvenirs and their war journal in order to maintain the memory of their battles and of their dead brothers in arms.



Le style de leurs livres est à leur image: précis, carré, détaillé, écrit au format thèse pour le dessinateur industriel Bretonnes; précis, aérien, littéraire pour l'aviateur De Boisboissel qui eut une permission spéciale pour passer son bac philo.



The way they have written their books perfectly match with their own personality : highly accurate, detailed, thesis format for Guy Bretonnes, the industrial drawing teacher; highly accurate, literary for the aviator Alain de Boisboissel who requested a special permission to pass his French literature A level exam.


Loin des écrits empesés et parfois lisses des Journaux de Marche et d'Opération ou d'une vision d'état major, ils lèguent aux générations futures et aux historiens qui se pencheront un jour sur la 1° armée Française, ce qu'ils ont vu, vécu et ressenti à travers leurs périscopes de pilote ou viseurs de canon. C'est leur propre histoire et celles de leurs camarades d'escadron qu'ils nous livrent, décrivant leurs vies sous les drapeaux, les phases d'entraînements et les manœuvres en Algérie, leurs chars Sherman, la traversée de la méditerranée, le débarquement de Provence et les batailles qu'ils livrèrent jusqu'à l'annonce de la victoire finale.



Very far from the politically correct official regiment historical books or a headquater vision, they deliver to the future generations and to the historian who for sure will try to study the History of the French first army, what they lived, saw, felt through the tanks periscope or gun sight. It is their own stories that they bring to us, describing their life under the uniform, the crossing of the Mediterranean sea, the Provence invasion, the battles up to the final victory.



Tous les deux ont volontiers accepté notre proposition d'entretien et c'est avec la fougue et l'enthousiasme de leur jeunesse que ces deux brillants octogénaires ont répondu à nos questions sur ce qu'ils ont vécu lorsqu'ils avaient 20 ans.



Both of them kindly accepted our proposal for an interview. These two veterans, now in their eighties, answered our questions with the same energy and enthusiasm than the ones they used when they were 20.

.
 



Les livres et t
émoignages de Guy Bretones,
tireur du M4A4 Jeanne d'Arc II et du M4A1 76 Joffre II, 3°Peloton/2°Escadron/2° Cuirassier "Le Pont Rail de Lutterbach" ...












et d'
Alain De Boisboissel Pilote du M4A2 Saint Malo 2°Peloton/2°Escadron/5RCA "Chars Souvenirs"






































Insigne métallique de la 1ère DB (collection Kittank)













Insigne 5ème RCA (collection De Boisboissel)





























































Joffres II du 2éme Cuir (photo G. Bretones)

































Jeanne d'Arc II du 2éme Cuir (photo G. Bretone)





























Guy Bretones ancien combattant du 2éme Cuir
































Alain De Boisboissel ancien combattant du 5éme RCA
 
 >>> 
Guy Bretones vous êtes un ancien du 2° cuirassier, 1°DB et avez débarqué en Provence le 15 aout 1944. A la fin de la guerre, vous êtes à bord de votre Sherman à Ulm en Allemagne avec les survivants de l’épopée de la 1° armée Française. Pourquoi avez vous souhaité écrire « le pont rail de Lutterbach » et pourquoi ce titre ?


Guy Bretones, you are a veteran of the 2nd Cuirassier, 1st DB and landed in Provence the 15th of August 1944. At the end of WWII, you are at Ulm, in Germany with the survivors of the 1st French army epopee. Why did you want to write “ Le Pont Rail de Lutterbach” and why this title ?





Guy Bretones :: Une punition injuste récoltée après la fin de la guerre m’avait fait renoncer à participer à toutes formes d’Amicale ou association d’anciens et ce pendant 50 ans, jusqu’aux cérémonies de commémoration du débarquement en Provence. A cette occasion, j’ai lu Les batailles de la Libération et de la Revanche, avec le 2e Cuirassiers, 1944-1945, livre écrit par le Capitaine Kaminsky, officier d’état major responsable du renseignement et des transmissions. De part sa position, le capitaine Kaminsky avait retranscrit les grandes lignes de la vie du 2°cuir mais je ne retrouvais pas dans ses écrits le détail de nos batailles et de nombreux aspects de notre vie. Comme je disposais du journal que j’avais écrit jour après jour lors de la guerre, je me suis fait un devoir de mettre par écrit ce qui ne transparaissait dans Les batailles de la Libération et de la Revanche, avec le 2e Cuirassiers. Mon livre s’appelle « le pont rail de Lutterbach » car la prise de ce pont intact par mon peloton du 2° escadron a permis les percées ultérieures vers le Rhin et l’Allemagne.



I received an unfair punishment after the war end. This punishment disgusted me to participate to any veteran associations during 50 years, in fact up to the celebration of the Provence invasion in 1994. I then took the opportunity to read the official history of the 2nd cuirassier as written by Captain Kaminsky a staff officer in Les batailles de la Libération et de la Revanche, avec le 2e Cuirassiers, 1944-1945. Capitaine Kaminsky correctly described the big picture but I didn’t find a lot of interesting details about the battles and our day to day life. Having written my own war journal, it has been my duty to write down all the missing stuffs. I called my book « le pont rail de Lutterbach » because the capture of this bridge by my platoon of the 2nd squadron facilitated the breakthrough toward the Rhine rive and Germany.



Quel a été la motivation profonde de votre engagement dans la 1°Armée Française et comment vous êtes vous retrouvés au 2° régiment de Cuirassier ? What was your main motivation to join the 1st French Army in the 2nd cuirassier



Guy Bretones : La raison de mon engagement est simple : je ne supportais pas la présence allemande en France et voulais contribuer à chasser l’occupant. D’autre part, je n’acceptais pas la déroute de l’armée française en 1940 et étais avide de revanche



My motivation was very simple, I couldn’t stand the german occupation and wanted to contribute to the liberation of my country. I didn’t accept the defeat of the French army in 1940 and was keen to participate to the revenge.



Je faisais la navette entre Marseille et Oran et me suis retrouvé bloqué en Algérie après le débarquement américain de 1942. Je me suis inscrit tout d’abord dans les chantiers de jeunesse, qui sous le camouflage de travaux agricoles, prodiguait discrètement une instruction militaire tout en contournant les clauses de l’armistice de 1940 qui limitaient l’armée française à 130 000 hommes. J’y ai passé mes permis de conduire auto, moto et surtout, surtout poids lourds, sésame qui me permettait de conduire des chars. Ayant atteint l’âge minimum pour rejoindre l’armée, j’ai tout naturellement pris un engagement pour la durée de la guerre contre l’Allemagne au 2° Régiment de chasseur d’Afrique, régiment d’appartenance des cadres qui officiaient aux chantiers de jeunesse.



I commuted between Marseille and Oran and was stranded in Algeria after the US invasion in 1942. I joined the “Chantier de Jeunesse” organisation which was developed to breach the Armistice condition limiting the French army to 130 000 men. Officially we were supposed to do some agricultary works, in fact we received a military training. I got my all my driving licences : motor bike, cars and vans that was the key to drive heavy tanks. As soon as I was old enough, I joined the 2nd RCA because the officers who trained us in the Chantier de Jeunesse were part of it.



Lorsque le 2°RCA a pris une organisation à l’américaine en 1 escadron à 17 chars légers et 3 escadrons de 17 chars lourds, une fraction des effectifs dont je faisais partie a été affectée à un nouveau régiment : le 2° Cuirassier.



When the 2nd RCA took a US organisation with one squadron of 17 light tanks and 3 squadrons of 17 heavy tanks, a second regiment was formed with the surnumerous staff : the 2nd Cuirassier.



Quelques jours après mon engagement et alors que je subissais les effets secondaires des différentes vaccinations obligatoires, j’eu la joie d’être désigné pour conduire des 105 Automoteurs M7 d’Oran en Tunisie. Ce fut mon premier contact avec les chars américains, mais aussi avec les bombardements allemands.



Few days after joining the army , being ill because of the mandatory jabs., I was very pleased to be chosen to drive M7 self propelled 105 gun from Oran to Tunisia, it was my first contact with US tanks but also with German bombing.


Vous consacrez un gros chapitre à votre préparation et votre affection. A large chapter is devoted to your training



GB : Nous nous sommes intensivement entrainés pendant plus d’un an. Les manœuvres succédaient aux manœuvres. Je suis devenu tireur grâce à mon excellente vision et de bons résultats aux tirs-canon et j’ai été affecté sur un des 5 M4A4 surnuméraires de l’escadron hors rang.


We extensively trained during more than one year, one drilling after another. I became gunner, thanks to my good sight and the good results I obtained during the gunning exercise. I was affected to one of the five spare M4A4 available in the support squadron.



Les conditions de vie étaient dures, nous étions littéralement dévorés par les puces et les moustiques. J’ai attrapé une crise de paludisme qui m’a valu un séjour à l’hôpital. Mon état était devenu si grave que j’ai reçu l’extrême onction. Ayant appris que le débarquement était pour bientôt, je me suis littéralement évadé de l’hôpital sans faire, bien sur, de papiers. Cela me vaut aujourd’hui de ne pas toucher la pension à laquelle j’aurais droit.



Life conditions were tough, we were beaten by mosquitoes and fleas. I caught severe malaria that obliged me to go to the hospital. I was close to die and received the final sacrament. Getting better and having learned that the invasion was close, I literally escaped from it. Today, because of that, I can’t receive a pension for this illness.

 

Quels sont les chars sur lesquels vous avez servi ?

What were the tanks you served in?



GB : Comme je vous l’ai dit, j’ai commencé avec un M4A4 canon de 75 qui équipait les 3 escadrons de chars lourds. Mon char appartenait à l’escadron hors rang et n’avait pas de nom. Lorsque le « Jeanne d’Arc » a été détruit lors de l’assaut de Notre de la Garde à Marseille, nous l’avons remplacé au 3° peloton du 2° escadron et notre char a été baptisé « Jeanne d’Arc II » Le II venant du fait que le premier char a été détruit car en cas de remplacement sur panne, le char gardait strictement le même nom. A la fin de la guerre, il y eu même quelques chars nommés III.



J’ai ensuite été affecté sur le Joffre II qui était un M4A1 avec un canon long de 76,2 avec frein de bouche. Le canon de 76,2 permettait de détruire les Tigre et autres Panther.



As said before, I started driving with a M4A4 75mm gun. It was a spare tank in the support squadron and wasn’t named. After the “Jeanne d’Arc” has been KO’ed during Notre de La Garde’s assault, we replaced it in the 3rd platoon, 2nd squadron and our tank has been named “Jeanne d’ARC II”. The II came from the fact that the first tank was destroyed, otherwise in case of a replacement after breakdown, the tank kept exactly the same name. At the end of the war, some tanks were named III.



I was also on the Joffre II which was a M4A1 with a 76,2 gun and muzzle break. The 76,2 gun allowed us to destroy Tiger and Panther.





Votre livre est un formidable témoignage sur les combats auxquels vous avez participez et sur leur âpreté, pourriez vous nous les résumer :


You book is a magnificent testimony on your tough fighting, could you sum them up ?



GB Je suis arrivé en Provence le 15 aout 44, J’ai participé comme 6° char de renfort du 3° Peloton/2°Escadron à la prise de Notre Dame de la Garde à Marseille. Ce fut ensuite la montée rapide vers le nord à la poursuite de l’armée allemande en retraite, la libération de Dijon où le Jeanne d’Arc fut le premier char à rentrer dans la ville, puis l’arrivée dans les Vosges, A Ramonchamp avec un équipage réduit à trois et un char embourbé, heureusement dans une position très favorable, nous avons réussi à tenir en respect toute une nuit 2 chars Tigre qui hésitaient à passer devant nous de flanc. Dans le même temps, nous pouvions mitrailler sans nous faire repérer des fantassins allemands qui étaient eux éclairés par une maison en feu.



I arrived in Provence the 15th of August 1944, I participated as 6th support tank to the capture of Notre Dame de la Garde in Marseille. Then it was the rush to the north behind the 19th German army, the liberation of Dijon where my tank entered first in the city, the Vosges. At Ramorchamp, with a 3 men crew and a stranded tank, by luck in a favourable position, we succeeded in blocking overnight 2 tiger tanks. They hesitated in showing us their flanks. In the mean time, hidden in the dark, we could machine gun German soldiers lighten by a house in fire.



La libération de l’Alsace fut ponctuée de terribles combats dans le froid et la neige où la première armée française subit de lourdes pertes (Cité Anna, Cité Kulhmann, Mulhouse, Poche de Colmar). L’exploit de notre peloton est d’avoir pris intact le pont rail de Lutterbach qui donnait l’accès au Rhin. J’ai d’ailleurs détruit au premier coup de canon et en tir indirect grâce à des corrections empiriques trouvées lors des entraînements en Algérie, le clocher de l’église qui abritait des guetteurs ennemis.



The liberation of Alsace was the occasion of awful battle in the cold and the snow with terrible casualties for the French army(Cité Anna, Cité Kulhmann, Mulhouse, Poche de Colmar). Our platoon captured the rail bridge of Lutterbach which was the gate to the Rhine river. I destroyed the bell tower which hosted German observers with a single indirect shot, thanks to my own empiric correction,



Nous sommes ensuite entrés en Allemagne où dans les derniers jours de la guerre sur le Joffre II à canon de 76,2, idéalement placé et camouflé, j’ai pu contribuer à la destruction d’une colonne de 6 Panther et de nombreux canons tractés par des chevaux. Sur les conseils de mon chef de char, j’ai commencé par tirer sur le sixième char puis le premier. Dans ma lunette, je voyais mes perforants entrer dans les chars aussitôt abandonnés par leurs équipages. Les six chars furent détruits. Je dois avouer que j’ai lâché la gâchette de ma mitrailleuse coaxiale devant le massacre qui se déroulait sous mes yeux.



It was the Germany where in the last days of the war, I was affected to the Joffre II M4A1 equipped with a 76,2 mm gun. With this gun, ideally hidden and camouflaged, I contributed to the destruction of a column composed by 6 Panther tanks and several gun horse carriages. Following my tank commander’s advice, I started shooting on the last Panther then on the first one. In my gun sight, I saw my perforating shells when they entered the Panther and the fleeing crews. The 6 tanks were destroyed. I have to confess that, degusted by the blood bath, I stopped shooting with my machine gun



En neuf mois de guerre, nos pertes furent terribles, à titre d’exemple cinq chefs de chars des 2 Jeanne d’Arc furent tués, sans compter la quasi-totalité des officiers de notre escadron. Je continue de me recueillir sur la tombe de notre chef d’escadron le Capitaine Fougère qui mourut dans les derniers jours de la guerre.

Les disparus étaient remplacés par des jeunes gens qui s’engageaient au fur et à mesure que nous les libérions du joug Allemand. C’est ainsi que mon équipage, merveille de mixité sociale, accueillit Maurice Moullard, futur polytechnicien, qui sera à la base du développement de la Caravelle et le futur banquier Du Passage



Over the 9 month campaign, our casualties were heavy. As a matter of example, on the Jeanne d’Arc II, five tanks commanders have been killed as well as the majority of our squadron officers. I have to confess that I still go to the tomb of Capitaine Fougere, our squadron commander who was killed in the last days of the war.

These casualties were compensated by young men who enrolled as soon as we liberated them from the German. My crew was very pleased to welcome Maurice Moullard who will develop the Caravelle aircraft and Du Passage the famous banker.



 

Le Sherman était il un bon char ?

Is the Sherman a good tank?



GB: Tous les gens qui ont servi dedans l’ont apprécié. Savez comment reconnaître les gens qui ont servi à bord des sherman ? il suffit de leur demander comment on rechargeait les accus de bord. S’ils vous répondent « à l’aide d’un petit moteur à essence appelé le petit joseph », c’est qu’ils étaient bien dans un Sherman.



C’était un char fiable et rapide. Sa fréquence de tir était élevée et sa tourelle tournait très vite grâce à son moteur électrique. Le canon de 75 était trop peu puissant pour perforer les chars allemands, aussi étions nous souvent épaulés par un ou deux tank destroyer M10. L’arrivée des versions avec un canon de 76,2 a permis de corriger le manque de perforation du premier canon.



All the men who served on a Sherman, appreciated it. Do you know how to recognise these men ? Ask them how do you load the in board battery, if they answer with a small engine nicknamed “petit joseph”, it’s ok.



It was a reliable and fast tank. The shooting pace was good and the turret rotation speed excellent thanks to an electrical engine. The 75mm was too weak to destroy German tanks, hence we were most of the time supported by one or two M10 destroyer tanks. This problem was fixed with the introduction of the new Sherman equipped with 76,2 gun.



En tant que Tireur, comment vous occupiez vous de votre canon et quelle était votre tactique ou vos points de visée ?

How did take care of your gun and what was your tactic or your aiming sight ?



GB : Je n’ai jamais nettoyé mon canon qui restait propre coup après coup, par contre dès que nous étions de repos, je mettais un soin minutieux à vérifier et régler mon viseur. J’essayais de trouver un arbre un peu rond, faisais placer le char à environ 1600 mètres et effectuais mes réglages dessus. Si je tirais de près et pour éviter les erreurs de parallaxe entre viseur et canon, j’ouvrais la culasse et visais carrément en regardant dans le fut du canon. Le 75 était insuffisant pour percer les blindages des chars lourds allemands aussi j’essayais de placer mon perforant à la jonction de la tourelle et du châssis. Même si le char n’était pas détruit cela bloquait sa tourelle. Cela nous a d’ailleurs sauvés la vie ainsi que je le raconte dans mon livre. Le viseur par son fort grossissement me permettait de voir l’effet de mes obus sur la cible.

J’embarquais aussi un maximum d’obus dans le char quitte à ce qu’ils jonchent le sol de la tourelle. Lors d’attaque dans le brouillard, il était possible de repérer les départs de coup à cause du cercle bleuté qui se formait autour du frein de bouche des Tigre et des Panther. Nous visions le centre de ce cercle, la précision était telle que plus d’une fois nous avons neutralisé le char en face de nous par la destruction de son canon.



La tourelle tournait à l’aide d’un moteur électrique à 2 commandes, celle du chef de char était prioritaire sur la mienne. Comme il bénéficiait d’une meilleure vision extérieure que moi, il pré-positionnait la tourelle sur la cible et me laissait terminer le positionnement.



I never cleaned my gun that stayed in good condition shot after shot. However, as soon as we had some rest, I took the opportunity to carefully calibrate my gun sight. I tried to find a tree with a rounded shape, asked for the tanl to be placed at 1600 meters away and carried out my calibration. When I shot in a close range, I opened the gun and aimed through the tube. The 75mm wasn’t powerful enough to perforate the German armours, then I tried to shoot at the junction between the turret and the hull. Even if the tank wasn’t destroyed, it was blocking its turret. It saved our life as I said in my book. The gun sight with its strong magnification allowed me to see the effect of my rounds. I try to take the maximum of ammunition in the tank. In the fog condition, it was possible to detect the origin of shooting because of the blue circle formed around the Tigers’ or Panthers’ muzzle brake. I targeted the centre of this circle and the accuracy so good that more than one time, we neutralized the foe tank by breaking its gun.



Vous décrivez les revues, vos chars devaient ils être immaculés ?

You described the reviews, your tanks were immaculate ?



GB Lors des combats, la discipline à ce sujet se relâchait et nous n’avions pas de contraintes particulières, par contre lors de repos ou des inspections, les chars devaient être irréprochables. Certains les passaient même au gasoil pour les faire briller, du coup tous les autres devaient faire de même pour ne pas se faire remarquer. Je n’ai par contre jamais vu la moindre trace de rouille.



During combat the discipline was relaxed and we had no particular constraints, but during rests, reviews or inspections, our tanks had to be perfectly clean. To make them brighter, some of us spilt some gasoil on the hull and the others had to follow. I never saw a single trace of rust.



Je suis toujours étonné par la rapidité à laquelle les tanks étaient remis en état en cas de coup dur.

I’m amazed when I realise how quick it was to repair the tanks.



GB, C’était effectivement excessivement rapide, nous avions besoin du maximum de chars. Les gens de l’escadron de réparation ont été maintes fois héroïques, n’hésitant pas à réparer sur le champ de bataille sous les balles ou les tirs de mortiers ou fusant.



It was effectively very quick, we needed the maximum of tanks to be available. The men of the support squadron were heroic and never hesitated to repair on the battle field under enemy fire.



Monsieur Bretonnes, je vous remercie de nous avoir accordé cet entretien et ne peux qu’inciter les personnes intéressés par l’histoire chars à lire votre magnifique témoignage.



Mr Bretones, I would like to thank you for this interview and wish that a lot of people read your book.

>>> 
Entretien avec Alain de Boisboissel:"Chars Souvenirs", Mémoire D'homme 2004. 20€



Votre livre "Chars Souvenir" décrit ce que vous avez vécu de 1943 à 1945 au sein du 5° régiment de chasseur d’afrique de la 1° division blindée. Il débute le 16 Juillet 1943 par votre engagement dans l’armée française. Quelles furent vos motivations pour vous engager et joindre le 5° régiment de chasseur d’Afrique dès que vous avez eu 17 ans?


Your book « Chars Souvenir » describes what you lived from 1943 to 1945 amongst the 5th RCA in the 1st DB. It starts the 16th of July 1943 when you join the French army. What were your motivation?





Alain de Boisboissel : C’était simple, l’envie de me battre. Je dois avouer que je désirais initialement m’engager dans l’aviation, mais les postes de pilotes étaient déjà pourvus et il ne restait que des emplois dans la DCA qui n’intéressait pas le passionné de conduite de véhicules à moteur que je suis. J’ai donc choisi les chars pour pouvoir me retrouver aux manettes de ces engins. Après une formation initiale comme tireur, je fus affecté au 2° escadron 2° peloton comme pilote du M4A2 Saint Malo. Une autre motivation moins avouable était de pouvoir quitter mon lycée car j'en avais un peu marre de la philo (rire).



It’s simple, I was keen to fight. I have to confess that initially, I wished to join the air force, but the aircraft pilot’s positions were fulfilled and the remaining jobs were in the Anti Aircraft artillery that didn’t enjoy the engine fan I was. I chose the Tanks to drive this beautiful piece of equipment. I was initially trained as gunner then enrolled in the 2nd platoon, 2nd Squadron as driver of a M4A2 named Saint Malo. A second motivation was to give up the high school because I was fed up with the Philosophy (laugh).



Après un entraînement intensif en Algérie, quelques jours après le débarquement en Provence, c’est le baptême du feu le 20 août 44. After an intensive training and few days after the Provence invasion, it’s the first battle the 20th of August 1944.



AdB : C’était dans les environs de Toulon, nous attendions écoutilles et tourelleaux ouverts quand nous fûmes pris sous le feu de fusants. Mon écoutille de pilote était à peine refermé qu’un éclat fracassait mon périscope à l’endroit où se trouvait ma tête une fraction de seconde avant. Cet épisode nous valut malheureusement le premier mort au combat du 5°RCA, mon ami Maurice Clouet qui laissait derrière lui un bébé qu’il n’avait pas encore eu le temps de voir.



It was in Toulon surroundings, we were waiting with all hatches opened when we were caught under an intensive fire of shrapnel shells. As soon as my driver’s hatch closed, my periscope is destroyed by a shrapnel at the exact location of my head few millisecond before. It was also the first killed in action of the 5th RCA, my friend Maurice Clouet who let behind him a baby that he’s never seen.



Le lendemain, le 2° escadron et les chars légers du 1° escadron étaient lancés à l’attaque de Toulon par la route de La Farlède/La Valette, c’est là que le Strasbourg char du Lieutenant Sauvegrain fut détruit par un canon antichar de 88 (ndr Pak 41/43) alors que nous contournions la Farlède par la voie ferrée. Sur la photo qui est dans mon livre, on peut voir l’orifice d’entrée du perforant, les allemands ont clairement visé l’étoile US qui était peinte à l’avant du char. Le même canon détruisit aussi le Renne avant que le Reims ne puisse le neutraliser Des années plus tard, j’ai rencontré un pilote de piper club qui avait détecté la mise en batterie du canon alors que nous avancions dans sa direction. Il nous a envoyé un message lesté que nous n’avons pas vu à cause du champ de vision réduit de nos périscopes. C’est le destin….



The day after, the 2nd squadron and the light tanks of the 1st squadron assaulted Toulon by La Farlède, LA Valette road. It is there that the Strasbourg, Lieutenant Sauvegrain’s tanks was destroyed by a pak 88. (Pak 41/43) when we were getting round La Farlède on the railway. On a picture printed in my book, it is possible to see the entry orifice, the German soldiers clearly aimed at the white star painted on the glacis. The same gun destroyed also the Rennes before being neutralised by the Reims. Years later, I met a Piper Club pilot who told me that he detected the antitank gun and the M4A2 column, he tried to warn us but we noticed nothing because of the narrow vision through our periscopes. It was destiny ...





D’autres canons nous prirent ensuite à partie, tant et si bien que seulement 9 Sherman arrivèrent à La Valette où nous restâmes 2 jours entourés d’Allemand avant que l’infanterie ne fasse la jonction. Placé dans cette situation critique et après une longue nuit où nous avions du rester sur nos gardes, nous eûmes le bonheur de voir des jeunes filles de La Valette nous apporter du café et des tartines.



We were attacked by other guns, at the end only 9 Sherman arrived at La Valette where we stayed two days surrounded by German soldiers before the infantry joined us. In this critical position and after a long night where we stayed awaken, we had the pleasure to see young ladies from La Valette bringing us a nice breakfast with hot coffee and toasts.



J’ai noté que vous aviez une grande estime pour vos officiers.
 
I noticed you rated high you officers.



AdB : C’est parfaitement exact. Ces officiers -dont la plupart avait connu 39/40- comme par exemple le lieutenant Sauvegrain qui a assuré notre formation, le Capitaine De Pazzis chef d’escadron ou encore le Commandant de Beaufort, chef de corps du 5°RCA par intérim, étaient des hommes exceptionnels. Le lieutenant Sauvegrain est malheureusement mort des suites de ses blessures peu de temps après la destruction de son char le "Strasbourg". Alors que nous étions encerclés dans la Valette, j’ai demandé au Capitaine de Pazzis s’il savait quand l’infanterie nous rejoindrait, il s’est contenté de me répondre " occupes toi de ton char ". Le commandant De Beaufort quant à lui n’a pas hésité à percer les lignes allemandes pour venir nous rejoindre avec son char de commandement.



Je ne voudrais pas oublier le lieutenant Destremau, champion de tennis et futur ambassadeur de France et académicien, chef d’un peloton de chars légers qui fît preuve à La Valette et par la suite d’un courage admirable. Lorsqu’il fut blessé à l’épaule par balle, sa seule réaction fut de déclarer " heureusement que je suis grand, autrement elle aurait été pour ma tête " et il continua le combat.



That’s true. These officers, most of them veteran of 39/40 war, like Lieutenant Sauvegrain who carried out our military training, Capitaine De Pazzis, squadron commander, Commandant de Beaufort commander in chief of the 5th RCA, were extraordinary people. Lieutenant Sauvegrain died after being wounded at La Farlède. When we were surrounded at La Valette, I asked Capitaine De Pazzis if he knew when infantry will join us, he simply replied: “take care of your tank”. Commandant De Beaufort didn’t hesitate to breach the enemy lines to join us with his tank.



I wouldn’t like to forget Lieutenant Destremau, tennis champion and future ambassador and academician. He was leader of platoon of light tanks and demonstrated a lot of bravery at La Valette and all along the war. When he was wounded by a bullet at his shoulder, he simply said I’m lucky to be tall otherwise, it was for my head and he carried out fighting.





Vous avez débarqué en Provence, participé à la libération deToulon, puis à la poursuite de allemande en retraite avant les durs combats des Vosges, de l’Alsace puis l’Allemagne. On vous a souvent tiré dessus?

You landed in Provence, took part in the liberation of Toulon, and to the tough combats in Vosges, Alsace and Germant .
Many times you were shot at?

 


AdB : Sur la route de Toulon, entre la Farlède et La Valette alors qu’un obus venait d’éclater juste derrière mon char, j’ai freiné brutalement ce qui nous permit d ‘éviter le deuxième obus qui éclata juste devant nous. Un peu plus tard, dans les Vosges, le Saint Malo fut atteint par 4 perforants sans que le char ne fût détruit. Un obus en particulier, traversa le réservoir de carburant sans provoquer d’incendie. Nous pouvons dire merci aux moteurs Diesel de nos M4A2. Le 11 avril 1945, moins d’un mois avant la fin de la guerre, le St Malo reçu un perforant, sûrement un 75 tiré par un automoteur, qui entraîna l’incendie du réservoir à essence du "petit joseph", le moteur nous permettant de recharger nos batteries. Le char fut détruit. J’ai eu juste le temps de m’en extraire alors qu’il s’embrasait.



Ce qui était terrible, c’est que la plupart du temps nous pouvions voir les projectiles nous venir dessus à une vitesse inouïe. Un obus perforant envoyait un jet de métal en fusion de 2000°c à l’intérieur de l’habitacle. Nous craignions particulièrement les obus de 88 perforants/explosifs qui tuaient de manière quasi certaines les 5 membres d’équipage.



We were on the road towards Toulon, between La Farlède and La Valette when a shell exploded just behind my tank. I brake suddenly to avoid a second shell that exploded just in front of us. Later on, in the Vosges, the Saint Malo was hit by 4 shells without being destroyed. One shell crossed the gasoil tank without setting fire. We could say thank you to the M4A2 diesel engine. The 11th of April 1945, the Saint Malo received a perforating shell, I think a 75 shot by a self propelled gun, the shell hit the small gasoline tank used by “le petit joseph”, the small gasoline engine used to load the batteries. The tank was definitively destroyed. I had just the time to escape when it was in fire.

What was unbelievable, is that most of the time we saw the rounds and shells arriving on us at an incredible speed. A perfoting shells sent a jet of melted metal at 2000°c inside the tank. We scared the perforating/explosive 88 mm shells that for sure killed all the crew members when they hit





Une photo montre le St Malo sommairement badigeonné en blanc avec des rondins de bois sur ses flancs.

A picture shows the Saint Malo whitewashed with wood truncs on its side hulls.



AdB : Nous avions vite réalisé l'efficacité des armes antichars allemandes, aussi nous avons mis ces rondins de bois pour éviter que les charges de panzerfaust ou autres ne puissent frapper les blindages à la perpendiculaire. Le problème des ces rondins c’est que nous les perdions facilement lorsque nous roulions sur des routes étroites !



Nous avions badigeonné les chars en blanc lorsque la neige fit son apparition car le camouflage kaki n’était plus adapté



We rapidly realised how efficient were the German anti tank weapons, hence we decided to put these trunks to avoid that the panzerfaust could hit the tank with a perpendicular angle. The problem was that we easily lost theses pieces of wood on narrow roads.



Vous avez également tenu à rendre hommage aux hommes de l’échelon de dépannage. You wished to recognise the job done by the men of the support squadron.



AdB : Ces hommes firent toujours preuve d’un grand courage, venant sous les tirs ennemis, dépanner au plus vite nos chars, changer des galets ce qui arrivait très fréquemment, ou encore nous porter des munitions ou autre approvisionnement. Les gens de l’échelon étaient en général assez âgés par rapport aux équipages de chars qui avaient peu ou prou 20 ans. A 30 ans, l’un d’entre eux se porta volontaire pour compléter un équipage de char. Il mourut aux commandes du Soisson.



These men were very brave, they never hesitated to come under heavy ennemy fire to repair our tank or to bring us ammunitions. In the support squadron, the soldiers were older than the tank crews who were in their 20. One of them, 30 years old, volunteered to drive the Soisson whose crew was incomplete. He died later in his tank.





Votre livre décrit que l’équipe du Saint Malo fut complété par de récents engagés. In your book, you describe that recent soldiers became part of the Saint Malo crew.


AdB : En traversant des villages, des hommes s’engageaient sur le champs. J’ai pu ainsi voir un homme abandonner son déjeuner et sa femme pour rejoindre dans la foulée le 5°RCA. Cela permettait de combler nos pertes qui étaient sévères. Dès qu’il y avait une place à combler sur un char, il n’était pas rare de voir un de ces nouveaux engagés courir sur le champ de bataille vers ce char et prendre place parmi l’équipage.



When we were crossing villages or towns, men climbed on our tanks to join the regiment. I personnaly saw, a guy giving up his meal and his wife to immediately become part of the 5th RCA. Our casualties were high, and these new soldiers were welcome. When there was an available seat amongst a tank crew, it was possible to see these new soldiers running on the battlefield to take place in the tank.



Après la destruction du Saint Malo, vous faites son épitaphe avec beaucoup d’émotion, lui donnant vie comme pour un frère d’arme.
 
After the destruction of the Saint Malo, you did its epitaph just like for a brother in arm.



AdB : Car c’était un frère d’arme tout simplement. Le M4A2 était un char d’une fiabilité à toute épreuve qui ne nous a jamais fait défaut même dans les températures très négatives de l’hiver 45 Il était beaucoup plus rapide que les chars allemands et très agréable et facile à piloter même pour un jeune pilote inexpérimenté. Il avait deux moteurs diesel couplés. On pouvait démarrer sur un moteur et lancer le deuxième d’un coup d’embrayage.

Le seul reproche que l’on pouvait lui faire était la faiblesse de son armement et son blindage insuffisant. Nous avons ainsi eu deux chars transpercés par le même obus !



Because it simply was a brother in arm. The M4A2 was a tank with an exceptional reliability, even when the temperatures dropped at -45°c during the 1945 winter. He was faster than the German tanks and very nice to drive even for an inexperienced young driver. He was fitted with a twin diesel engine. It was possible to start one engine and launch the second one with the clutch.

The only weaknesses were the 75mm gun and the thin armour. One day, two tanks were perforated by the same shell.



Vous terminez " Chars souvenirs " en citant vos camarades morts au champ d’honneur et parlez de vos pertes, elles furent effectivement terribles.

You end « Chars souvenirs » by mentioning your dead comrades and the casualties that were dreadful.



AdB : A la fin de la guerre, les 3 pelotons du 2° escadron ne comportaient plus que 8 chars au lieu d’un effectif normal de 15. Sur les 25 soldats qui composaient mon peloton au moment du débarquement en Provence, quinze devaient trouver la mort dans les 9 mois de guerre qui suivirent. Le deuxième peloton fut néanmoins le plus sévèrement touché de tous, une fois de plus c’était le destin……..



At the end of the war, the 3 platoons of the 2nd squadron were reduced to 8 tanks instead of 15. 25 soldiers landed in Provence in my platoon, 15 died within the following 9 months. The second platoon was the most impacted in the regiment, once again it was the destiny ...


   

Page Suivante




Retour à la sous-rubrique :
  • Divers

  •  Autres publications de la sous-rubrique :

    Tous les Logos et Marques sont déposés. Les marques sont citées dans un but d'illustration des propos. Les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés, le webmestre peut à tout moment procéder au retrait de l'accés aux personnes ne respectant pas les règles. Les propos calomnieux, racistes, politiques ainsi que tout autre propos visant, directement ou indirectement des personnes ou des institutions dans le but de nuire à ces dernières sera exclue définitivement.
    Military-Kits est un e-magazine consacré au monde de la maquette militaire. Il est gratuit et animé par des bénévols. Maquettes de chars, maquettes d'avions, diorama et figurines vous trouverez sur ce site nombre de conseils pour vous améliorer et progresser ou plus simplement pour découvrir cette passion.
    Sauf mention contraire, la totalité des articles et photos présentés sur le site Military-Kits sont protégés de fait par la loi française et notamment les dispositions du code de la propriété intellectuelle.
    Ce site a été construit avec NPDS, un système de portail écrit en PHP. Ce logiciel est sous GNU/GPL license.