Accueil

Mèl

Plan

Article
Rejoindre le forum
Forum
Rejoindre le chat
Chat

PA
Nos liens favoris
Liens

Compte

Télécharger
   Créer un compte Utilisateur  
Vous devriez personnaliser votre logo! Bonjour. Vous êtes connecté en tant que Anonyme
Actuellement sur le site 5 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.


  Amicale @MI



  Evènements

Novembre 2017
LMMJVSD
  1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30    

X Jour avec événement
X Aujourd'hui


  Pointeuse

Compteur Journalier
Compteur total depuis le 28/08/05
Heure locale
IP : 54.80.157.133


  Poste de police

 Bienvenu, anonyme

Pas d`avatar


Vous identifier
Perdu
Inscription

Membre(s):
Aujourd'hui : 0
Hier : 0
Total : 2072

Actuellement :
Visiteur(s) : 5
Membre(s) : 0
Total :5

Administration


  Forums Infos


  Activité du Site

Pages vues depuis 22/08/2005 : 18 081 217
  • Nb. de Membres : 2 072
  • Nb. d'Articles : 82
  • Nb. de Forums : 0
  • Nb. de Sujets : 1
  • Nb. de Critiques : 17

Top 20  Statistiques


  StatVisites

Pics d'audience
Aujourd'hui :
connecté(s) à 04:28
Ce mois ci :
connecté(s) le 16 à 21:53
Cette année :
connecté(s) le 13/3 à 00:10
Absolu : connecté(s)
le 13/3/2017 à 00:10


Septembre 2007

(1732 mots dans ce texte )  -   lu : 4127 Fois     Page Spéciale pour impression

 
Dragon vs Tamiya?



Il m'a été donné d'entendre et de lire des réflexions sur la qualité des kits Dragon.

Pour résumer, ces interventions prétendaient que les ajustages des kits Dragon étaient défaillants et que cette marque ne remplissait pas les fondamentaux d' une maquette de qualité alors qu'elle fournissait moult accessoires et pièces en métal ou photodécoupe pas toujours nécessaires.

En revanche, Tamiya était présenté comme LA référence incontournable notamment en raison de la qualité des ajustements et de la simplicité des montages.

Très bien. Chacun son avis. Je vais cependant vous soumettre ma réflexion personnelle qui risque de surprendre notamment par la conclusion à laquelle je parviens.



Oui, les maquettistes ont été abreuvés pendant de nombreuses années de kits Tamiya. Ces derniers sont faciles à assembler et les notices sont très bien faites. De plus, le niveau de détail est resté pendant très longtemps, le meilleur du marché face à des marques comme Heller ou Airfix qui n'ont pas su évoluer ou à des marques comme Revell et Italeri qui proposaient de la maquette simple donnant de bonnes bases de travail.

Tamiya est donc devenu, petit à petit, leader du marché et LA référence pour de nombreux maquettistes. Pourtant savez-vous que ce ne fut pas toujours le cas? Je vais vous le démontrer en appuyant ma démarche sur des maquettes que nous connaissons tous.

Italeri a proposé à la fin des années 70 et au début des années 80 des modèles bien supérieurs à Tamiya. Vous ne me croyez pas? Et bien comparons. Comparons le premier Sherman d'Italeri au 1/35ème avec les Shermans de Tamiya (dont le plus ancien encore disponible remonte au milieu des années 80 alors que le kit Italeri du M4A1 remonte à 10 ans de plus). Le kit Italeri souffre essentiellement de chenilles trop épaisses et manquant de souplesse. En revanche, les détails extérieurs sont extrêmement bien rendus. Les poignées sont rapportées et la culasse du canon de 76mm est détaillée. Le kit Tamiya, lui, offre des chenilles de meilleure qualité mais les poignées sont moulées dans la masse et la culasse du canon est inexistante! Même chose pour le Panzer IV Italeri qui offrait trois versions différentes dont la rare F1 alors que le kit Tamiya (pas celui disponible de nos jours mais celui qui est actuellement revendu sous la marque Academy) manque cruellement de détails.

Même chose pour les Jeeps. La Jeep Italeri était bien supérieure à la Jeep Tamiya (là encore il ne s'agit pas du modèle actuellement disponible mais de la version vendue avec la remorque et présentant un MP sur la boîte). Cette dernière faisait vraiment jouet en comparaison avec le modèle Italeri notamment par ses pneus très laids. Les Schwimmwagen? Là encore, avantage à Italeri en comparaison avec le modèle Tamiya de 1975. Il suffit d'ailleurs de constater que papa Verlinden, incontournable à l'époque, n'utilisait pas les modèles Tamiya ... mais bien les maquettes Italeri!

Pourtant, Tamiya est devenu leader. Italeri n'a pas su évoluer et à même baissé de qualité par rapport à ces maquettes auxquelles je fais référence.

Analysons de plus prêt les maquettes Tamiya dans leur ensemble. Je pense que vous aurez remarqué que nombre de châssis Tamiya sont percés et possèdent parfois des plots pour contenir un moteur et un système de transmission rudimentaire. Le Sd. Kfz 7 de la marque n'échappe pas à la règle et il était vendu il y a encore peu de temps avec un moteur et un système destiné à recevoir les batteries. Vous avez également remarqué que Tamiya utilise et abuse encore et toujours des « poly cap ». C'est à dire ces petites pièces en plastique mou qui permettent aux roues de tourner et aux canons de bouger ...

Et oui, telle était la politique de Tamiya: faire de la « maquette dynamique » ou encore de la « maquette jouet ». Nombre de détails étaient sacrifiés au profit de la motorisation. C'est le cas du châssis du Sd.Kfz 7 par exemple. Cette politique constitue l'héritage 'technologique' de Tamiya. Pour que les petits chars avancent, il fallait des chenilles en vinyl souple ... C'est Tamiya qui proposa ces chenilles souples dont une seule face était gravée. Cet héritage est aussi le principal handicap de Tamiya! Cette marque connaît toutes les difficultés du monde pour abandonner ces solutions techniques de la maquette jouet! Reprenons le cas du B1bis dernier né de la marque. Il est quand même affligeant de constater que Tamiya a sacrifié la reproduction de la culasse du canon de 75mm au profit d'un système qui tient plus du Lego pour rendre ce canon ... mobile! Combien de temps a-t-il fallu à Tamiya pour proposer des chenilles à maillons séparés pour ses chars plutôt que les habituelles bandes de vinyle? Si on fait abstraction des Sd.Kfz 250 de la marque dont la petite taille rendait toute motorisation impossible, le premier char présenté avec des maillons séparés fut le « second » Tigre 1 de la marque sorti en 1989!

Combien de temps faudra-t-il encore à Tamiya pour reprendre sérieusement ses Sherman et combler le vide béant laissé entre la caisse et le châssis, ou encore pour remplacer ces caisses percées de trous destinés à recevoir des moteurs?

Tamiya nous propose maintenant des roues en métal pour son Leclerc alors que les chenilles sont toujours constituées d'un ruban de vinyle souple, certes maintenant très détaillé, mais la marque ne propose toujours aucune alternative sous la forme de maillons à encliqueter. Tamiya ne laisse pas le choix!

Oui, les maquettes Tamiya ont pendant très longtemps été réalisées dans un objectif 'jouet'. Et l'héritage est lourd à porter et pèse de tout son poids sur les habitudes de conception de cette marque, même dans les maquettes les plus récentes.

Le nombre de pièces d'une maquette Tamiya est très limité au regard de ce que propose les autres marques. Un moteur sera souvent moulé d'une seule pièce là ou la concurrence en utilise cinq ou six. Les notices sont, de ce fait, très simple et très claires. Enfin, les ajustages sont souvent parfaits et n'appellent aucun commentaire. Oui, Tamiya ça se monte simplement, facilement, avec un nombre de pièces réduit. Mais est-ce là les fondamentaux du maquettisme?



Finalement qu'est-ce qu'une maquette? C'est un jeu de construction destiné à développer l'habileté et la réflexion de celui qui le pratique. Le but étant de reproduire le plus fidèlement possible un modèle réel en miniature, chose impossible à faire avec des miniatures construites et assemblées en usine. C'est ça le maquettisme!

Maintenant est-ce le but du maquettisme que de faire rouler un char? Est-ce le but du maquettisme de faire tourner la tourelle et de bouger le canon ou la mitrailleuse? Non. Une maquette statique n'a pas, par définition, pour but d'être manipulée une fois terminée. Sinon, cela s'appelle du modélisme (notion de mouvement) ou du jouet.



Dragon en revanche, propose des maquettes très élaborées avec de nombreuses pièces. La démarche de cette marque est à l'opposé de celle de Tamiya. Là ou Tamiya propose des éléments moulés en une seule pièce (ce qui ne veux pas forcément dire manquant de détails) Dragon semble prendre plaisir à multiplier le nombre de pièces dans le but d'augmenter la qualité de la reproduction. L'un simplifie, l'autre complexifie.

Quand Tamiya propose des canons mobiles en sacrifiant les détails de la culasse, Dragon propose un canon immobile mais avec un nombre de pièces et de détails affolant (et d'ailleurs parfois invisibles après assemblage donc inutile).

Quand Tamiya continue de présenter des roues mobiles avec des chenilles en ruban souple de vinyle, Dragon propose des trains de suspension très détaillés mais immobiles avec des chenilles à maillons séparés encliquetables.

Quand tamiya propose une tourelle pivotante avec un système d'ergot totalement irréaliste mais fonctionnel, Dragon propose une tourelle à emboîter et à coller une fois en place.

 

Après ce constat, je pose une question: qui de ces deux marques propose une démarche maquettiste? Evidemment, c'est Dragon! Oui, à force de monter du Tamiya, nombre de maquettistes ont oublié qu'une maquette n'est pas forcément quelque-chose qui doit se monter vite et de manière très simple!

Une maquette c'est un jeu d'adresse! Ca demande du temps et de la réflexion voire de la ruse! Et Dieu sait qu'il en faut pour monter un kit Dragon. Les pièces étant très nombreuses, les notices sont complexes. Les options étant variées, les notices deviennent difficiles à lire et conduisent les moins expérimentés à des résultats parfois décevant. Or, si l'on prend le temps d'analyser la situation, de regarder le schéma de montage, d'essayer l'assemblage à blanc pour se rendre compte des erreurs de la notice ou encore de se documenter pour mieux comprendre à quoi sert telle ou telle pièce, on se rend alors compte que les kits Dragon sont excellents et que seule une notice de qualité leurs fait défaut.



Ceux qui prétendent que Dragon ne « remplie pas les fondamentaux » pour faire de bonnes maquettes et se 'noie dans des détails et gadget inutiles' se trompent lourdement! Dragon fait de la maquette et la maquette ça demande de la dextérité. Tamiya reste, à mon sens, un OVNI dans le paysage maquettiste. Cette marque a pendant très longtemps proposé des miniatures qui tenaient plus du jouet à assembler que de la maquette. Nous nous sommes tous habitués à ce style. Même si les kits Tamiya sont très bien détaillés, les assemblages simplifiés parfois à l'extrême, la présence de pièces mobiles, le nombre réduit de pièces prouvent que la démarche de Tamiya n'est pas véritablement maquettiste.

Surprenant? Oui, peut-être, mais force est de constater que la démarche entreprise par Tamiya et celle entreprise par Dragon sont diamétralement opposées. A terme, je pense que les maquettistes se retrouveront plus dans une marque comme Dragon que dans une marque comme Tamiya qui a toujours privilégié le 'jeu'. Une preuve récente? Tamiya propose un petit kit de motorisation pour rendre son AAVP7 et sa vedette Pibber ... mobiles dans l'eau ... Démarche maquettiste avez-vous dit?




Retour à la sous-rubrique :
  • Année 2007

  •  Autres publications de la sous-rubrique :

    Tous les Logos et Marques sont déposés. Les marques sont citées dans un but d'illustration des propos. Les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés, le webmestre peut à tout moment procéder au retrait de l'accés aux personnes ne respectant pas les règles. Les propos calomnieux, racistes, politiques ainsi que tout autre propos visant, directement ou indirectement des personnes ou des institutions dans le but de nuire à ces dernières sera exclue définitivement.
    Military-Kits est un e-magazine consacré au monde de la maquette militaire. Il est gratuit et animé par des bénévols. Maquettes de chars, maquettes d'avions, diorama et figurines vous trouverez sur ce site nombre de conseils pour vous améliorer et progresser ou plus simplement pour découvrir cette passion.
    Sauf mention contraire, la totalité des articles et photos présentés sur le site Military-Kits sont protégés de fait par la loi française et notamment les dispositions du code de la propriété intellectuelle.
    Ce site a été construit avec NPDS, un système de portail écrit en PHP. Ce logiciel est sous GNU/GPL license.