Accueil

Mèl

Plan

Article
Rejoindre le forum
Forum
Rejoindre le chat
Chat

PA
Nos liens favoris
Liens

Compte

Télécharger
   Créer un compte Utilisateur  
Vous devriez personnaliser votre logo! Bonjour. Vous êtes connecté en tant que Anonyme
Actuellement sur le site 2 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.


  Amicale @MI



  Evènements

Novembre 2017
LMMJVSD
  1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30    

X Jour avec événement
X Aujourd'hui


  Pointeuse

Compteur Journalier
Compteur total depuis le 28/08/05
Heure locale
IP : 54.162.139.105


  Poste de police

 Bienvenu, anonyme

Pas d`avatar


Vous identifier
Perdu
Inscription

Membre(s):
Aujourd'hui : 0
Hier : 0
Total : 2072

Actuellement :
Visiteur(s) : 2
Membre(s) : 0
Total :2

Administration


  Forums Infos


  Activité du Site

Pages vues depuis 22/08/2005 : 18 074 484
  • Nb. de Membres : 2 072
  • Nb. d'Articles : 82
  • Nb. de Forums : 0
  • Nb. de Sujets : 1
  • Nb. de Critiques : 17

Top 20  Statistiques


  StatVisites

Pics d'audience
Aujourd'hui :
connecté(s) à 00:33
Ce mois ci :
connecté(s) le 16 à 21:53
Cette année :
connecté(s) le 13/3 à 00:10
Absolu : connecté(s)
le 13/3/2017 à 00:10


  Marder II
Les réalisations des lecteurs. Posté le Sunday 01 August 2010 @ 18:05:25 kittank par kittank
Ecrit par: sim


Il y’a maintenant trois ans, Dragon nous a pondu un Marder II. Je dois dire que j’attendais cette maquette depuis un bon bout de temps et je l’ai achetée dès ça sortie.


Histoire :

Tout d’abord, un peu d’histoire. Produit à partir de mai 1942, cet engin est basé sur un châssis de panzer II ausf F sur lequel a été greffé un Pak 40/1 de 7.5cm. Le véhicule possède une MG 34 pour sa défense rapprochée et est servi par quatre hommes, dont un placé en caisse (le pilote). Bien qu’insuffisamment blindé,  son canon est capable de percer 133mm de blindage sous 90° à 1000m. Le Marder II sur châssis de Panzer II ausf F a été construit à 651 exemplaires par FAMO,  MAN et Daimler-Benz. Il existe une version « tôtive » et tardive de ce véhicule, la maquette représentant le modèle tardif.


Analyse du kit :

La maquette est placée dans une bonne grosse boîte (classique Dragon) et le box-art est plutôt joli. A l’ouverture, on se sent un peu seul devant tant de pièce … On trouve les grappes pour la caisse et le train de roulement (communes au Panzer II de la marque), les grappes pour le canon (communes aux Pak 40 de la marque) ainsi que les ensembles pour la superstructure spécifique du véhicule. Là on reprend courage en se disant que, vu la qualité du moulage (fin et très propre) la notice nous permettant d’assembler tout ça va être un petit bijou de précision et de clarté. Grave erreur, c’est un vrai foutoir…. Il faut impérativement l’étudier avant de commencer le montage et s’équiper un peu en doc photo si on veut éviter de coller et de décoller trois fois la même pièce. Mise à part la notice, à première vue c’est du très bon Dragon avec les dernières « innovations » tels que les magic-tracks ou la photo-découpe incluse dans le kit.

Montage de la maquette :

Je me suis inspiré d’une photo représentant ce chasseur de char avec un équipage de fallschirmjäger sur le front de l’Est.  En examinant les trois photos disponibles sur cet engin, j’ai remarqué qu’il s’agissait d’un modèle « tôtif ». Il y’aura donc quelques petites modifications à prévoir sur le kit.



Train de roulement et caisse :

On commence par le montage de la caisse et du train de roulement. On a le choix entre plusieurs barbotins et poulies de tension. Les roues porteuses et les galets de roulements ont une inscription « continentau » sur leurs flancs. Il faut faire attention à bien monter correctement ce qui semble être des limiteurs de débattement pour les ressorts de la suspension. Pour une version de début de production, il faut enlever la manivelle de la plaque arrière de la caisse. Après avoir cassé la barre de plastique qui relie la base des poulies de tension, je mets en place un fil de cuivre épais. Je change les ressorts des garde-boues en enroulant autour d’une grosse aiguille du fil de fer fin et je cabosse un peu le pot d’échappement. Les gardes boues arrières sont refait dans de l’aluminium.
On continu par l’intérieur de la caisse avec le poste de pilotage et la transmission. Les composants du poste de pilotage se montent sans problème. La transmission est assemblée mais pas encore collée dans la caisse. C’est mon premier sous-ensemble avec la caisse du véhicule.

  

 

 

La suite du montage se déroule sans incident spécifique et est dédiée à la partie supérieure de la caisse. Attention tout de même à la pièce B53, une séparation entre le moteur est l’habitacle, dont les indications de montage sont floues. Toujours pour correspondre à la bonne version du Marder, je remplace le phare Notek de fin de conflit par un plus « ancien » et j’ajoute un phare sur le garde boue opposé. Sur les Marder II de début de série une partie des outils est placée sur les gardes boues. Je les déplace donc du côté droit de la superstructure aux garde-boues.
En faisant des essais d’assemblage entre la partie supérieure et inférieur de la caisse, je remarque que la pièce A30 (une barre rectangulaire boulonnée) est trop épaisse pour se glisser derrière le pot d’échappement et empêche donc un montage correct des deux parties. Je remplace alors cette pièce par une languette de carte plastique sur laquelle je place des boulons. J’ai là mon 2ème sous-ensemble.

 

 

Poste de combat et superstructure :

On attaque le vif du sujet avec une grosse partie en photo-découpe et un montage pas toujours simple. Je commence par l’assemblage des casiers à munitions. Rien à dire jusqu’au montage de ces fameux casiers sur la plage arrière de l’engin. Le casier M et plus haut que le casier L et le casier K du milieu est donc complètement de travers ! Je compense la différence de niveau avec de fines languettes de carte plastique collées au bord du casier K. Une fois l’ensemble corrigé, tout s’emboite parfaitement et je peux poser tranquillement les charnières B41. J’en profite pour ajouter deux poignées en fil de cuivre sur l’arrière du casier M. On continu par le montage de la radio sur laquelle je rajoute les câblages et voilà mon 3ème sous-ensemble. J’assemble les parois de la superstructure et je remarque lors d’un essai qu’ils ne s’insèrent pas correctement au niveau de la partie supérieur de la caisse. Les logements prévues à l’arrière des pièces A7 et A6 sont trop étroit pour se placer correctement sur les flancs des casiers à munitions (encore eux !) tandis que les encoches placés sous les blindages avant ne se positionnent pas correctement sur les gardes boues. Une seule solution : poncer jusqu'à ce que tout se place bien. Les renforts à l’arrière des plaques de blindage ayant disparu du fait du ponçage, je les refais avec une languette de carte plastique. Je détails ensuite les parois de la superstructure avec les petits équipements et les attaches des outils en photo-découpe. Je déplace l’antenne sur la paroi opposée tandis qu’un bipied pour la mitrailleuse est fabriqué et installé à partir des photos. Les deux parois sont mes 4ème et 5ème sous-ensembles.
 

 

 

 

  

 

Canon :

Le montage du canon se déroule sans problème. La pièce en photo-découpe MA4 qui se glisse entre les deux boucliers de la pièce est trop étroit pour épouser le tube du canon. Il faut donc limer la pièce en question pour que tout s’adapte bien. Je rajoute encore une languette en carte plastique entre les rails de recul du canon. J’ai choisi un frein de bouche circulaire, mais malgré les photos j’ai un doute. En faisant des essais à blanc, je remarque que l’ensemble du canon est un peu trop haut par rapport aux parois de la superstructure. De plus, les pièces de blindages C52 et C51 rajoutés sur les côtés du bouclier du PAK  sont légèrement trop large et empêche le positionnement correct des parois de la superstructure. Rebelote,  je ponce pour que tout s’adapte correctement. Enfin, voici mon 6ème sous-ensemble.

 

  

 

Chenilles :

Je termine par les chenilles Magic-track, une première pour moi. Il faut prendre son temps et un peu de colle et une surface plane suffisent pour s’en sortir. Pour chaque côté, j’ai découpé la chenille en deux : la partie supérieure et la partie inférieure. Malheureusement lors de la phase peinture, après avoir appliqué un jus, le diluant a réagit avec la colle et les maillons patiemment assemblés ont commencé à se décoller, en particulier dans les sections courbes. J’ai pu rattraper le coup, mais les chenilles sont un peu tordues, surtout au niveau de la poulie de tension.

 

  

 

Peinture de la maquette :

Je commence par appliquer une couche d’apprêt sur les différents sous-ensembles. Je peints le poste de conduite ainsi que l’intérieur de la caisse en brun-jaune. La partie située sous le moteur reçoit une couche de noir. Le siège est peint en brun-rouge tandis que l’étui reçoit une couche de gris. L’effet cuir du siège est obtenu avec des peintures à l’huile TOB et Ocre-jaune. L’étui de masque à gaz est simplement brossé avec du gris clair. Plusieurs filtres en TOB, TON, TSB, noir et ocre-jaune servent à patiner la poste de conduite. Des jus de noir et de TOB donnent un aspect graisseux aux endroits proches de la transmission. Les éraillures légères sont représentées par du gris-jaune clair (sable désert) tandis que les éraillures plus profondes, sont représentés par un mélange de noir et de TSB à l’huile. Le bloc de transmission est teinté en noir puis brossé en gun-métal et en argent.

 

 

 

 
 

Le train de roulement, les galets ainsi que les rouleaux porteurs sont peints en brun jaune puis patiné grâce à plusieurs jus de TOB, TSB et noir. Le pourtour des poulies de tension ainsi que les dents des barbotins sont brossés avec de la poudre graphite. Les chenilles sont peintes en couleur terre puis usées par des jus de TSB puis brossées en gun-métal. Ces différentes pièces sont mises en places puis collées. Le train de roulement  étant entièrement assemblé, je vernis en mat.

La peinture des éléments intérieurs de l’engin étant terminée, on peut coller le bloc de transmission à sa place et ainsi assembler définitivement la partie inférieure et supérieure de la caisse. Attention au cache de l’arbre de transmission qui peut gêner l’assemblage de ces trois ensembles. Il suffit simplement de ne pas coller les crochets de remorquages avant et de faire « glisser » la partie supérieure de la caisse pour que tout s’emboite correctement.

  


Je continue la peinture du véhicule en effectuant un pré-ombrage noir sur la structure du véhicule. Je peints l’intérieur du poste de combat ainsi que le canon en brun-jaune. Les détails et les petits équipements sont peints.  Je passe ensuite une couche de vernis mat et je commence la patine en appliquant des filtres de TOB, TON, TSB, et noir. Je passe ensuite un jus de TOB pour mettre en valeur les creux et les reliefs. Un jus de noir est appliqué au bord des pièces de la transmission et du moteur. Les éraillures sont réalisées de la même manière que pour le poste de conduite. De la poudre graphite est passée sur le rail de recul, la culasse et sur les volants de réglages. La radio est peinte puis patiné de la même façon que le reste de l’engin. Les faces avant des blocs radio sont peintes en noir tandis que les transformateurs et les intercoms sont teintés en vert-olive. Un brossage en gris fait ressortir les détails des radios. La peinture des ces différents sous -ensembles étant achevé, on peut les assembler définitivement pour fermer le poste de combat. La mise en place de la radio est un peu « sportive », il faut donc être patient et faire des tests avant le collage.


 

 

 

 

 

  


L’intérieur de l’engin étant terminé, on peut s’occuper de la peinture extérieure. Le véhicule reçoit une peinture jaune sable. Les décals sont posés entre deux couches de vernis brillant et une  troisième couche est appliquée sur tout l’extérieur du marder. J’utilise la technique du sel décrite sur le site pour représenter l’usure du camouflage hivernale. J’applique ainsi une couche de peinture blanche sur  le véhicule et j’obtiens les premières traces d’usures. Je vernis les zones blanches en mat et je réalise plusieurs filtres en TOB, TSB, ocre-jaune ainsi que des jus de TOB et TSB pour marquer les reliefs du véhicule. Sur un fond de diluant j’applique des points de peinture à l’huile TOB, TSB, jaune, ocre-jaune, blanc et noir que je tire vers le bas avec un pinceau plat sur les parties inclinées. Ces points sont simplement fondus entre eux sur les zones plates. L’usure de la couche hivernale est reproduite à l’aide d’une teinte jaune-désert. Les éraillures plus profondes sont également réalisées avec une couleur gris-jaune clair et un mélange de TSB et de noir. La boue projeté sur les parois du véhicule est reproduite en mélangeant des pigments TON avec du gel acrylique brillant liquitex. Je la mets en place en m’inspirant des photos et en évitant de trop « gâcher » le travail déjà effectué. Je retravaille cette boue avec des pigments sec TON, TOB, ocre-jaune pour donner une impression de croûte séchée à certain endroit et pour varier les tonalités. Le train de roulement reçoit la même sorte de boue mélangé à un peu d’herbe synthétique. Des chiffons sont sculptés avec du miliput.  Les accessoires sont alors peints, patinés et installés sur le véhicule. Ainsi, les chenilles de rechanges et le pot d’échappement sont peints en brun-rouge puis patiné par un jus de TSB et des pigments rouge-oxyde, rouge de Venise et noir. Les parties en bois des outils et des armes reçoivent une couche de peinture « bois naturel » et sont travaillé avec des peintures à l’huile TOB et ocre-jaune. Les parties métalliques sont colorées en noir puis brossées à sec en « gun-métal » tandis que celles des outils reçoivent en plus un jus de TSB. Je passe ensuite une estampe enduite de poudre graphite sur certaines parties de l’engin, tel que les attaches, les loquets de fermetures ou les rebords de la casemate. L’engin étant quasi terminé, on peut passer à la construction du diorama.

 

 

 
 

 

  

 
Décor et figurine :

 La base du diorama est constituée d’une base ovale achetée dans un magasin d’art déco. Le relief est taillé dans du polystyrène puis recouvert par de l’enduit, texturer et marquer de différentes traces. L’ensemble est ensuite teinté d’une couleur terre. Plusieurs types d’herbes sont mises en place et différentes tonalités de verts sont pulvérisées. Des jus de TON et TOB sont appliqués sur les zones en terre et les rochers sont brossés en gris clair, gris moyen, ocre, terre clair… Du bicarbonate de sodium est appliqué sur un lit de colle blanche pour figurer la neige. Un mélange de pigment TON et de gel acrylique brillant est appliqué sur le chemin pour figurer la boue liquide de la « raspoutina ». De la résine gédéo teinté en brun est coulée pour remplir les flaques d’eaux. Une figurine de fallschirmjäger en tenue d’hiver est installée sur la saynète. Elle provient de la boîte Dragon du pak 38. La couche de base est appliquée à l’aérographe et est composée d’un blanc légèrement grisé. La cagoule est peinte en bleu moyen tandis que les gants reçoivent une couche de gris sombre. Le visage reçoit une couleur chair, tandis que les chaussures et la ceinture sont teintées en brun-rouge. Toutes les teintes utilisées pour les ombres et les éclaircies sont des peintures à l’huile. Les couleurs sélectionnées sont le noir, le gris de payne, l’ocre jaune, le jaune, la terre verte, le blanc, le TOB, le TSB.
Voilà le diorama terminé, il représente un engin appartenant à une Luftwaffenfelddivision sur le Front de l'Est en 1944.
A vos claviers messieurs!!

 

   


 

  

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 




  Interactivité
  Imprimer cet article "Marder II"

  


  Envoyer cet article "Marder II" à un ami

 


  Poster un commentaire sur "Marder II"


  Marder II

"Marder II"
Se connecter / Créer un compte | 5 Commentaires
Seuil

Les Commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
 
Re: Marder II (Score obtenu : 1)
par pat-chevyII le Jeudi 16 février 2012 @ 02:02:41
[ Informations sur l'auteur ]
 
Tres belle maquette!Peut-on voir en photo le montage des clips en photo-etch qui retiennent les outils sur le char.J'ai le meme char mais pas le doigté pour le photo-etch.


 
Re: Marder II (Score obtenu : 1)
par Sturmtruppen57 le Dimanche 01 août 2010 @ 23:03:09
[ Informations sur l'auteur ] http://steel-war.frenchboard.com
 
Bravo pour ce riche et intéressant article! On reste admiratif devant un modèle qui fourmille de détails, notamment au niveau du compartiment de combat (armes, radio, culasse du pak40 et autres éraflures qui sont réalisés avec soin)...


 
Re: Marder II (Score obtenu : 1)
par sim le Lundi 02 août 2010 @ 10:21:01
[ Informations sur l'auteur ]
 
Merci pour vos commentaires, ça fait plaisir!

a+


 
Re: Marder II (Score obtenu : 1)
par Panzer77 le Lundi 02 août 2010 @ 03:48:59
[ Informations sur l'auteur ]
 
Super bien réalisé ! Très beau sujet magnifique Marder II. Continues !!


 
Re: Marder II (Score obtenu : 1)
par Jo le Samedi 20 novembre 2010 @ 12:16:46
[ Informations sur l'auteur ]
 
Très belle maquette !
J'aime énormément sa simplicité !
Très fourni en petits détails qui attires l'attention et qui donnent super bien ! :)
Franchement félicitation et bonne continuation ! :)

Jo


[ Les Commentaires ne sont pas disponibles pour les simples visiteurs, Enregistrez-vous ! ]

Tous les Logos et Marques sont déposés. Les marques sont citées dans un but d'illustration des propos. Les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés, le webmestre peut à tout moment procéder au retrait de l'accés aux personnes ne respectant pas les règles. Les propos calomnieux, racistes, politiques ainsi que tout autre propos visant, directement ou indirectement des personnes ou des institutions dans le but de nuire à ces dernières sera exclue définitivement.
Military-Kits est un e-magazine consacré au monde de la maquette militaire. Il est gratuit et animé par des bénévols. Maquettes de chars, maquettes d'avions, diorama et figurines vous trouverez sur ce site nombre de conseils pour vous améliorer et progresser ou plus simplement pour découvrir cette passion.
Sauf mention contraire, la totalité des articles et photos présentés sur le site Military-Kits sont protégés de fait par la loi française et notamment les dispositions du code de la propriété intellectuelle.
Ce site a été construit avec NPDS, un système de portail écrit en PHP. Ce logiciel est sous GNU/GPL license.